L’intelligence du cœur

Guillaume Leroutier
Directeur du CQPNL Formation – coaching
Depuis plus de trente ans maintenant l’intelligence émotionnelle est une notion qui s’est diffusée largement et a touché un large public. Si ce concept a été très bien clarifié par ses promoteurs ou adeptes, il n’en reste pas moins large et complexe. Ce concept concerne la richesse de la dimension émotionnelle de la communication humaine et met en relief que les émotions seraient intelligentes en elles-mêmes.

Si l’on considère que les émotions sont porteuses d’informations sur notre état d’être, alors elles sont en effet intelligentes.
Par exemple, la colère révèle que quelque chose ne nous convient pas ou que la dose de frustrations à un certain niveau de notre vie est devenue fort désagréable. La tristesse, parce qu’elle nous fige, nous oblige, elle, à nous arrêter et à réfléchir sur ce que nous vivons dans tel aspect de notre vie pour pouvoir prendre le temps de panser nos plaies. La joie est le signe du bonheur d’exister, d’être vivant.

Être à l’écoute de ses émotions est donc une force, un véritable atout pour notre bien-être. Il témoigne de notre capacité à être connecté à ce que nous ressentons, à notre vie intérieure. Cela nous permet de tenir compte des signaux que nos émotions envoient et ainsi de prendre les meilleures décisions possibles en étant le plus intègre et authentique possible.

Néanmoins, lorsque nous ne sommes pas à l’écoute de nos émotions, nous ne profitons pas des messages qu’elles portent. C’est comme si alors nous nous privions de boussole pour nous orienter. Comme si nous naviguions à l’aveugle. Nos émotions ne vont pas cesser pour autant d’exister! Elles vont simplement surgir de façon de plus en plus imprévisible et intense. Dans ce cas-là, cela signifie que nous sommes en mode réactionquasiment tout le temps. Un rien nous fait alors exploser ou nous déprime ou nous déstabilise.

Pour ne pas être uniquement en mode réaction avec nous-même et notre entourage et éviter l’épuisement, il est nécessaire de gagner en maturité émotionnelle. Cela passe, entre autre,  par la transformation de nos émotions en sentiments. Cela signifie que l’écoute de nos émotions brutes et de leur message couplé à notre raison permet l’émergence de sentiments. Un sentiment est plus complexe, il est un mélange d’émotion et de raison. Lorsque ce mélange nous amène un meilleur discernement, un meilleur jugement des situations, il nous permet de mieux communiquer à autrui notre réalité. Il facilite les échanges, alors que l’expression spontanée d’émotions brutes peut générer des tensions avec autrui.

Arnaud Desjardins nous dit avec clarté dans La voie du cœur : « le dépassement des émotions, c’est l’accès au sentiment »*.
La colère « murie » peut alors se transformer en sentiment de respect de soi et d’intégrité , la tristesse en sentiment de compréhension et devenir source d’acceptation, etc. Ainsi ce passage de l’émotion au sentiment est sain pour nous-même et pour notre entourage puisqu’il nous aide à ne pas réagir impulsivement.

Et il est possible grâce à l’écoute de soi, ce mouvement de l’esprit qui nous amène à nous arrêter sur nous-même, à nous voir, nous entendre nous-même, pour mieux saisir ce qui est en jeu. Autrement dit le sentiment nous permet d’apprendre. Apprendre c’est évoluer et donc ne pas stagner en continuant à mariner dans la mélasse des émotions qui nous limite. Dépasser ses émotions est donc nécessairement un processus de transformation personnelle, un travail sur soi. Il ne se fait pas sans désir et volonté de le faire et sans développement d’une conscience de ce qui se passe en soi.

Une intelligence émotionnelle devenue mature est donc le fruit d’une purification du cœur.

Un cœur que nous avons su dépouiller des émotions réactives déclenchées par les réactions de l’ego à ce qu’il perçoit comme des menaces à sa cohérence ou à son existence. Des émotions qui sont devenues sentiments grâce à la clairvoyance de notre conscience.

Un « cœur purifié » est un cœur qui a développé l’amour de soi et des autres au-delà des émotions brutes qui l’assaillent sans cesse. Il est au-delà de la dualité de base : « j’aime, j’aime pas ». Il a vaincu ses peurs et contribue, par cet amour, à la complétude de l’être et non à son repli sur soi.

Êtes-vous prêts à vous engager sur ce chemin ? La décision vous appartient.

*Arnaud Desjardins, La voie du cœur. Ed. La Table Ronde, 1987


À PROPOS DE L’AUTEUR

Guillaume Leroutier
Directeur du CQPNL Formation – coaching

Guillaume dirige le CQPNL avec cœur et rigueur de façon à déployer tout le potentiel de l’entreprise aussi bien sur le plan local qu’international. Diplômé en anthropologie (Université Laval, Québec), coach personnel et corporatif depuis 1997, Enseignant en PNL depuis 2005, il est également membre régulier de l’ordre des Conseillers en Ressources Humaines (CRHA). En tant que coach et formateur, il est intervenu pour des entreprises telles que Hydro-Québec, Microsoft, Desjardins, Valeurs Mobilières Desjardins, le Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, la Ville de Québec et la Ville de Brossard.

Guillaume est un homme engagé envers le développement et la bonne connaissance du coaching et de la PNL et travaille particulièrement au niveau de leurs applications concrètes aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle. Il est un révélateur de potentiels dont la vision est de contribuer à construire un monde où les individus s’engagent envers leur croissance personnelle et développent la conscience et la maturité nécessaire pour travailler en équipe, bâtir et réussir ensemble.